Mme Wanzhou doit-elle partir?

Je m’intéresse à l’actualité politique, mais je n’ai toujours pas compris pourquoi le Canada refuse de libérer Meng Wanzhou pour qu’elle retourne chez elle en Chine. Il me semble que nos analystes politiques sont plutôt réservés à ce sujet. Ce que je sais, c’est que Wanzhou de Huawei s’intéresse particulièrement à la vente de téléphones intelligents et autres appareils du même genre. Nos analystes politiques pourraient-ils décortiquer la situation et nous informer davantage à ce sujet? Qu’ils nous disent pourquoi il serait dangereux d’autoriser Mme Wanzhou à retourner dans son pays? Il ne faudrait quand même pas que nous retenions Mme Wanzhou au Canada juste pour obéir à notre bougon voisin du Sud. Rappelons-nous la position de Jean Chrétien quand les États-Unis lui ont demandé, avec insistance, de participer à la guerre en Irak. Il a refusé. Le Canada a démontré, avec éloquence, l’affirmation de son indépendance face aux É.-U.. Je souhaite que notre premier ministre, tout en demeurant poli et courtois comme il sait le faire, soit capable de mettre parfois son poing sur la table. Un jour, la civilité reviendra aux États-Unis. En attendant ce retour, soyez ferme M. Trudeau. Tenez-vous droit. Vous savez que le marché chinois, pour les agriculteurs canadiens, ce n’est quand même pas négligeable.

Yvon Dubuc

Québec

+

LE COTON OUATÉ DE MA DÉPUTÉE

Je me moque comme de l’an 40 de l’habillement de ma députée. Qu’elle porte un coton ouaté, un t-shirt ou un tailleur, cela ne m’intéresse pas du tout. Ce n’est pas à la qualité de sa garde-robe que j’évaluerai la pertinence de son travail, mais plutôt à sa capacité de se battre pour une société juste et égalitaire, de se porter à la défense des moins nantis, de lutter contre les changements climatiques.

Catherine Dorion a remporté son siège dans Taschereau avec une écrasante majorité de 8500 voix. Elle a toute la légitimité de siéger à l’Assemblée nationale. Il est inacceptable qu’elle soit constamment la cible de réactionnaires moyenâgeux. Fichez-nous la paix avec vos scandales de tissu et laissez-la faire son travail.

Jonathan Carmichael

Québec