Minuit moins une

Le projet de loi 52, s'il est adopté dans les prochains jours, prévoit d'obliger les établissements de santé à publiciser l'offre d'être euthanasié à toute personne recevant un diagnostic de maladie grave et incurable (et pas nécessairement terminale). Or, les personnes qui sont actuellement en perte d'autonomie, les personnes âgées, malades mentalement ou physiquement, ou handicapées, sont terrorisées à l'idée des pressions sociales qu'elles subiront lorsqu'elles refuseront d'être euthanasiées et exigeront d'être soignées sans se faire sentir comme un «fardeau indigne» d'avoir refusé de débarrasser le chemin. Ces personnes font déjà l'objet de toutes sortes de maltraitances. Est-ce vraiment la logique de mort dans laquelle le Québec veut s'enliser? Quelle horreur! Réveillons-nous! Il est minuit moins une et on ne pourra plus jamais revenir en arrière. La Belgique, modèle du projet de loi 52, en est rendue à voter pour l'euthanasie des enfants... Espérons que nos députés auront la sagesse de voter contre le projet de loi 52, lequel prétend que l'euthanasie est un soin palliatif, alors que ces deux notions sont contraires et concurrentielles. Investissons dans les soins palliatifs proprement dits et la demande d'euthanasie s'évanouira.
Le projet de loi 52, s'il est adopté dans les prochains jours, prévoit d'obliger les établissements de santé à publiciser l'offre d'être euthanasié à toute personne recevant un diagnostic de maladie grave et incurable (et pas nécessairement terminale). Or, les personnes qui sont actuellement en perte d'autonomie, les personnes âgées, malades mentalement ou physiquement, ou handicapées, sont terrorisées à l'idée des pressions sociales qu'elles subiront lorsqu'elles refuseront d'être euthanasiées et exigeront d'être soignées sans se faire sentir comme un «fardeau indigne» d'avoir refusé de débarrasser le chemin. Ces personnes font déjà l'objet de toutes sortes de maltraitances. Est-ce vraiment la logique de mort dans laquelle le Québec veut s'enliser? Quelle horreur! Réveillons-nous! Il est minuit moins une et on ne pourra plus jamais revenir en arrière. La Belgique, modèle du projet de loi 52, en est rendue à voter pour l'euthanasie des enfants... Espérons que nos députés auront la sagesse de voter contre le projet de loi 52, lequel prétend que l'euthanasie est un soin palliatif, alors que ces deux notions sont contraires et concurrentielles. Investissons dans les soins palliatifs proprement dits et la demande d'euthanasie s'évanouira.
Ward O'Connor, Montcerf-Lytton