Mieux vaut tard que jamais

Soulagement : c’est le sentiment qui m’a envahi quand samedi matin dernier, on apprenait la volte-face du Collège des médecins du Québec(CMQ) concernant la possibilité pour les infirmières praticiennes spécialisées (IPS) de poser des diagnostics.

Ce premier pas faisant une brèche dans une fonction traditionnellement réservée aux seuls médecins montre l’ouverture du CMQ aux nouvelles réalités médicales dans la prestation des soins pour le mieux-être de la population. C’est à son honneur et il faut continuer. Les fédérations médicales des omnipraticiens et des spécialistes suivront.

Cela ne remet par ailleurs aucunement en péril la mission première du CMQ qui est la protection du public. Au contraire, étant donné la formation avancée des IPS. Le bon sens a prévalu!

Richard Gagné, Médecin retraité, Sainte-Pétronille