Mi l’un, mi l’autre

Ils sont beaux et sympathiques ces deux jeunes parents, les prince et princesse de Windsor. Dans la famille royale, ils ne se sentaient pas à l’aise. Ils ont forgé le projet de s’éloigner de la famille royale. La grand-maman Élizabeth a exaucé leurs vœux : ils vivront en partie en Angleterre dans leur fief familial et royal, et en partie au Canada loin des exigences protocolaires et de représentation de la cour.

Au Canada, ils sont bienvenus évidemment, mais ils deviennent Harry Windsor et Meghan Markle. Ils sont indépendants et veulent vivre de leur travail (on devine qu’ils n’auront pas à chercher longtemps). Durant leur séjour au Canada, ils mettent entre parenthèses leur devoir officiel, ils sont donc invités à se défendre comme tous les autres roturiers qui peuplent ce pays.

Les Canadiennes et Canadiens n’ont pas à subvenir à leur protection, la situation financière du couple lui permettant de voir à cet aspect comme aux autres aspects de leur vie en terre canadienne. Deux situations personnelles, deux pays de résidence, avec ce que chaque situation commande d’engagements différenciés. Souhaits de bonheur ici et en Angleterre.

Normand Breault
Montréal