Mesdames, à vos souris

Pourquoi les femmes sont-elles si discrètes dans le courrier des lecteurs? Selon la blogueuse au Journal de Montréal Marie-Ève Doyon, qui se réfère à la publication The Atlantic, on craindrait que notre opinion ne soit pas suffisamment intéressante aux yeux des autres.

Cela me semble aberrant. Ces tribunes portent essentiellement sur l’actualité. Les femmes votent, travaillent, consomment, militent, c’est évident qu’elles ont des choses à dire. La parole est à nous!

S’emparer d’une souris, formuler un commentaire et cliquer «envoyer», c’est à la portée de toutes. Manifestons-nous et prenons d’assaut les espaces réservés au lectorat afin qu’on les baptise bientôt... les courriers des lectrices.

Tiens, j’ai un sujet de réflexion à vous soumettre. La stratège en relations publiques s’interrogeait à savoir «pourquoi il est si difficile de convaincre les femmes de se porter candidates» en politique. Les médias sociaux sont-ils plus cruels envers les femmes qu’envers les hommes?

Au plaisir de vous lire. 

Martine Lacroix, Montréal