Mépris du français dans les cafés

Lettre ouverte à Nektar et à Sobab, cafés de Québec (mais les Second Cup, Starbucks, Café Dépôt et autres Brûleries ne sont pas en reste. Jamais!)
Après deux heures sur place, ce 26 août 2017, jour du 40e anniversaire de la promulgation de la Charte de la langue française, au Québec, je n'ai entendu sur les lieux que de la chanson anglaise. Alors merci beaucoup, gens de Nektar, pour le respect que vous portez à ce que «nous» sommes comme peuple.
Non seulement vous vous conduisez en colonisés parfaitement incultes (c.-à-d. : je ne connais pas ma propre culture qui est pourtant fabuleuse, notamment sur le plan de la chanson), mais vous enfoncez dans le fond de la gorge de votre clientèle cette attitude révoltante et profondément aveugle à toute dignité ou respect de soi.
Pendant ce temps, chez Sobab, un autre café de Québec, et le même jour, également sur la 3e Avenue, en Vieux-Limoilou, la responsable des lieux nous reçoit avec un vêtement s'adressant à ses clients - eh oui, vous l'avez deviné - dans la langue de Donald Trump.
Cette Charte de la langue française, fierté d'un peuple, n'est plus que lambeau. Et ce lambeau, notre propre gouvernement s'empresse de ne surtout pas l'appliquer au sein de notre société.
Une femme dégoûtée d'être membre d'une famille nationale devenue aussi lamentable.
Hélène Bisier, Québec