Maxime Bernier, chef du Bloc?

C’est un secret de polichinelle qu’on ne peut reprocher à Maxime Bernier d’utiliser la langue de bois pour exprimer son opinion, sa dernière sortie en liste contre le multiculturalisme «extrême» en faisant foi.

Ce n’est pas la première fois que le Beauceron se met à dos les bonzes du Parti conservateur du Canada (PCC), en particulier son chef Andrew Scheer, sur des sujets délicats, notamment sa position sur la gestion de l’offre qui lui aurait coûté, aux dires de plusieurs observateurs, le poste de chef du PCC, étant même devancé par son adversaire dans son propre comté.

Toutefois, malgré ses positions souvent fort controversées, il n’est pas facile, voire impossible souvent, de lui demander de mettre de l’eau dans son vin, si bien qu’il se retrouve isolé dans son propre parti.

Mais jusqu’où Maxime Bernier est-il prêt à aller pour défendre ses idées sur le multiculturalisme débridé? Est-il prêt à rouvrir la Constitution pour que soit reconnue clairement la primauté des deux peuples fondateurs? Si tel est le cas et qu’il se sent prêt à renaître de son ancienne vie de souverainiste, une place laissée libre par le départ de Martine Ouellet l’attend comme chef du Bloc québécois.

Allez, M. Bernier, faites valoir vos racines beauceronnes et rendez-vous au bout de vos convictions…la voie est libre!

Henri Marineau, Québec