Le Concert amplifié offert par les musiciens de l'Orchestre symphonique de Québec, qui étaient installés sur une structure en V à quatre niveaux.

Mariage musical réussi

Mon merci n'aura jamais autant de résonance que le concert magistral auquel je viens d'assister au Grand Théâtre.
Un concert de l'OSQ aux sonorités rock qui aurait pu, sur papier, déstabiliser à la fois les puristes symphoniques comme les fans de rock métallique. Et pourtant, le mariage fut réussi, unissant le meilleur de ces deux univers sous la baguette inspirante et malicieuse du chef Stéphane Laforest. Deux univers musicaux plus proches qu'il n'y parait, réunis ce soir par les orchestrations lourdes et pesantes de l'Ouverture 1812 de Tchaïkovski ou par l'Adagio à cordes de Barber offrant un moment de recueillement bouleversant, dans le noir, le rideau descendu et comme seul repère, sept bougies allumées.
Au-delà de la scénarisation flamboyante et des prestations rayonnantes des musiciens, ce concert a, le temps d'une soirée, contaminé et rapproché tout un public. Un public qui portait aussi bien de longues barbes et blousons de cuir que des talons hauts et pashminas de soie. Merci Daniel Gélinas d'avoir osé et merci à notre orchestre d'avoir embarqué. Ce soir, plus que jamais, la musique a rapproché les gens.
Élisabeth FarinacciQuébec