Marge de manœuvre liquidée

À six mois des élections, le gouvernement libéral de Philippe Couillard, par son ministre des Finances Carlos Leitão, a décidé de dépenser tous les surplus budgétaires. Sentant la fin du régime libéral, le gouvernement ne laisse aucune marge de manœuvre au prochain gouvernement.

D’après les derniers sondages, la Coalition avenir Québec de François Legault pourrait être le prochain gouvernement. Mais il aura les pieds et les mains liés par les engagements des libéraux. Il faut comprendre que les dépenses en Santé et en Éducation affectent plus de 70 % du budget et que, des 30 % restant, il faut soustraire près de 50 % en salaire et autres bénéfices marginaux déjà engagés, ne laissant pas beaucoup de souplesse.

Si, comme en 2014, la population décide de continuer avec l’aire libérale, le ministre Leitão a mentionné que ces cadeaux électoraux ne dureraient que le temps des roses car, dans un an, il reprendrait l’aire d’austérité.

Serions-nous dupes à ce point?

Jocelyn Boily, Québec