Maintenant au PQ

Sans rêver d'un messie, nous devons admettre qu'il est temps de considérer l'avenir plutôt que le passé. Souhaitons que les «belles-mères» se taisent, que le discours soit transformé, rafraîchi, adapté...
Le discours d'un nouvel essor alimenté par des mots, des paroles qui obligent la réflexion et provoquent l'enthousiasme d'une nation qui avance. Que ce soit un discours positif, rassembleur, respectueux; la population se transforme, se diversifie, se «mondialise». Il serait donc profitable de parler plutôt de souveraineté que d'indépendance : la souveraineté est l'affirmation de son identité et de son territoire, l'indépendance cache une forme d'orgueil et de rejet de l'autre. C'est le début d'un temps nouveau? Espérons-le!
André Drapeau, Saint-Roch-des-Aulnaies