Le citoyen Rambo est peut-être à initier un mouvement citoyen pour assurer l'honnêteté dans nos institutions politiques, pense notre lecteur.

Machiavel, Rambo et le citoyen

Pierre Manent, philosophe politique français, expose les fondements historiques et philosophiques du libéralisme dans son livre Histoire intellectuelle du libéralisme. Ce qui est central dans l'évolution de la pensée politique du libéralisme, ce n'est pas l'économie, mais le «problème religieux».
L'auteur voit l'origine de ce processus (sortir la religion de la politique) chez Machiavel. Ce dernier ( 1469-1527), un Florentin, est le premier à identifier le clergé, la religion... comme un problème dans le monde politique : non pas pour ses croyances, mais pour ses excès, sa corruption...
Rien à voir avec Rambo, je sais. Mais Pierre Manent résume ainsi la pensée de Machiavel sur la SEULE façon d'assurer l'intégrité, l'éthique dans nos institutions politiques : «Machiavel, dévalorisant radicalement les prétentions des grands (nos élus, nos élites) à la «vertu» (honnêteté, éthique), et faisant du peuple le support de la seule «honnêteté» que l'on puisse trouver dans la cité (notre ville, notre province), Machiavel est le premier penseur démocratique.»
Qui l'eut cru? Alors le citoyen Rambo est peut-être à initier un mouvement citoyen pour assurer l'honnêteté dans nos institutions politiques. Si c'est le cas, je suis preneur.
Pierre DroletNeuville