M. Lisée et le cynisme politique

Jean-François Lisée demande l’appui des sympathisants solidaires depuis que le député Amir Khadir a annoncé qu’il ne se représenterait pas. Le Parti québécois de Lisée cherche des appuis où il ne devrait pas. Le vote est volatil. Il peut changer, car il y a toujours des indécis. Cependant, les électeurs solidaires sont, comme l’adjectif le dit, solidaires. Si Lisée veut prendre le pouvoir, il devra regarder vers ses propres appuis.

En 2014, 300 000 électeurs péquistes ont boudé les urnes. C’est ce groupe électoral que Lisée doit convaincre s’il veut prendre le pouvoir. Lors de la dernière élection, il y a aussi un groupe électoral important au Québec : ceux qui n’ont pas voté. Ce groupe est presque aussi important que l’appui au Parti libéral. Il y a eu 1 717 385 électeurs qui n’ont pas voté alors que le PLQ a reçu 1 757 071 votes. Jean-François Lisée devra aussi puiser dans ce groupe.

Lisée a aussi affirmé que Khadir avait été mis en minorité au congrès de mai 2017. Amir Khadir est député et membre du parti. Il était pour les pactes électoraux avec le PQ. Il y avait aussi Gabriel Nadeau-Dubois qui était du même avis. Cependant, la majorité des délégués du congrès ont voté contre un pacte. Ce sont les délégués qui ont le dernier mot, et ce même si les porte-paroles et les députés étaient pour. En ce sens, le député de Québec solidaire s’est rallié à son congrès plutôt que de lui imposer ses idées, c’est le geste démocratique à poser et c’est tout à son honneur. M. Lisée devrait lui aussi prendre acte de cette décision et plutôt se concentrer à convaincre les nombreux péquistes déçus.

Pour ce qui est des sympathisants de Québec solidaire, ils ont le choix de se tourner vers le PQ pour «battre les libéraux» ou «bloquer la droite». Cependant, même avec cet appui, le PQ ne pourra pas battre les libéraux ou la droite. Pour réussir à augmenter ses appuis, Lisée et son parti devront combattre le cynisme politique qui est très important dans la société québécoise. C’est un combat que le PQ est loin d’avoir gagné.

Pour les électeurs qui recherchent une alternative, il y a Québec solidaire, résolument à gauche et indépendantiste.

Marc-Antoine Deschênes, Saint-Pierre-les-Becquets