L’OQLF et les anglicismes

En réaction au point de vue «L’OQLF aux prises avec ses belles-mères» de Marcel Bergeron, paru dans Le Soleil le 17 décembre.

Dans sa défense de la nouvelle politique sur les anglicismes de l’Office québécois de la langue française (OQLF), M. Marcel Bergeron se lance dans des attaques personnelles contre moi, mais se garde bien de répondre à la question, pourtant toute simple, que je posais : comment l’OQLF peut-il affirmer que le mot selfie, utilisé tous les jours par des millions de francophones, ne s’intègre pas au système linguistique du français?

Jacques Maurais

Québec