Les ressources minières pullulent dans notre sous-sol, dit l'auteur, mais nous sommes incapables d'en soutirer le maximum de profit pour accumuler un fonds souverain qui nous permettrait d'intervenir en cas de crise majeure.

Locataires de nos ressources

La bourse et la situation économique chinoise sont venues brouiller les cartes au niveau international. Mais qu'en est-il au Canada? Comme nos ressources sont exploitées entièrement par les grands conglomérats, nous sommes impuissants devant tout ce maelström économique. Nous sommes des locataires, point à la ligne, et nous n'y pouvons rien.
Si nous étions propriétaires de nos ressources, nous pourrions intervenir comme le font la Norvège et bien d'autres pays. Le pétrole et les ressources minières pullulent dans notre sous-sol, mais nous sommes incapables d'en soutirer le maximum de profit pour accumuler un fonds souverain qui nous permettrait d'intervenir en cas de crise majeure.
J'aimerais connaître la position des partis politiques et les solutions qu'ils proposent. Au lieu de nous inonder de promesses de toutes sortes, ils devraient avoir l'audace et le devoir de nous faire connaître en long et en large leur vision macroéconomique. Quand ça va mal, l'État ne se gêne pas pour favoriser le privé.
Toutefois, voyez ce qu'il en est crise économique après crise économique : la sempiternelle ritournelle, le tournage en rond, l'impuissance au cube. Nous sommes toujours en train de recommencer à cumuler les déficits. Si nous étions propriétaires de nos ressources, nous pourrions au moins planifier une bonne part de nos objectifs économiques avec le privé. Que les partis tracent l'avenir en fonction du pays, propriétaire et actionnaire de nos richesses. Voilà ma plus manifeste volonté!
Lévis Bouchard, Québec