Justin Trudeau doit prononcer un discours samedi.

L'intolérance de Justin Trudeau

Faisant fi de la Constitution canadienne qui reconnaît explicitement comme première liberté fondamentale celle de la liberté de conscience et de religion, Justin Trudeau s'est arrogé le droit d'exclure comme futur candidat au Parti libéral du Canada toute personne qui appuierait des mesures visant à restreindre le droit à l'avortement.
Cette mesure intolérante de la part d'un chef politique va à l'encontre de toute la tradition libérale qui favorise l'expression de différents points de vue, surtout lorsqu'il s'agit d'une question délicate comme celle de l'avortement. À ce chapitre, les conservateurs ne vont pas jusqu'à interdire la présence en leurs rangs de candidats pro-vie, même si leur chef actuel ne tient pas à ouvrir le dossier de l'avortement. Cette attitude drastique de Justin Trudeau est d'autant plus inexplicable que ce dernier n'hésite pas à s'afficher comme un catholique pratiquant, envoyant ainsi un bien mauvais message à ses coreligionnaires tout en servant une cinglante rebuffade à l'Église catholique dont l'enseignement moral repose sur le respect de la vie à partir de la conception jusqu'à la mort naturelle. Dans les circonstances, j'encourage les évêques du Canada à continuer à faire pression sur Justin Trudeau pour qu'il se ravise, à défaut de quoi il pourrait à son tour être menacé d'exclusion par la voie de l'excommunication purement et simplement.
Gilles Baribeau
Québec