L’importance de la presse écrite

L’importance de la presse écrite

Nous avons eu encore ce soir la preuve de l’importance de la presse écrite et régionale. Au bulletin de nouvelles, l’accent a été mis sur la coupure des collations que les enfants recevaient entre autres à l’école St-Fidèle de Limoilou. C’est votre journaliste Mylène Moisan qui décriait dans un texte du 5 septembre cette situation à l’école que fréquente ses garçons. Suite à cette information, le ministre de l’Éducation Jean-François Roberge a même pris la parole pour dire que cette situation se corrigera et que les enfants qui recevaient l’an passé ce service, le recevront encore cette année. Malheureusement, la chaîne n’a pas nommé la source d’où venait cette information, soit madame Moisan. Voilà une autre raison pourquoi il est important de conserver nos journaux locaux. Nous sommes abonnés à notre journal depuis plus d’une soixantaine d’années, chez nos parents d’abord et ensuite comme couple. Nous le lisons encore papier et le consultons sur le web si nécessaire. Je souhaite ardemment que nous trouverons une solution pour conserver notre journal «Le Soleil».

Danielle Doré
Québec

+

UNE ADHÉSION PAS SURPRENANTE

En réaction à l’article «Accès illimité aux autobus pour 27 000 étudiants de l’Université Laval» de Baptiste Ricard-Châtelain paru le 3 septembre

Je trouve étonnant que l’on s’étonne sur le nombre de personnes qui ont commandé le laissez-passer universel (LPU). Un taux d’obtention proche de 100% ne m’étonnerait pas du tout. La raison est simple: nous serions stupides de ne pas le prendre alors qu’il est chargé automatiquement sur nos frais de scolarité, qu’on l’utilise ou pas et qu’on le veuille ou non. Alors, la vraie question est plutôt: qui serait assez stupide pour ne pas le prendre «au cas où» quand on le paye de toute façon? Alors, je trouve drôle qu’on utilise cette statistique pour vanter son succès ou que les gens soient surpris de cela! Petite réflexion personnelle!

Anthony Deschênes
Lévis