En 2013, on a dénombré 118 045 passages de cyclistes à ce croisement. «On dirait que les gens ne savent pas trop qui a la priorité de passage...», faisaient remarquer Andrée Hardy et Christine Dupuy, qui effectuaient leur première balade sur l'Estriade, hier.

Limite imposée aux cyclistes à Saguenay: n'importe quoi!

À l'instar de quelques autres municipalités du Québec, la Ville de Saguenay a dernièrement décidé de réglementer la limite de vitesse sur ses pistes cyclables à 30 km/h.
Je me suis dit alors, usant d'une certaine dose d'ironie : «c'est vrai, c'est tellement dangereux un cycliste, et ça représente un réel danger pour les citoyens quand ça roule, cette bébitte-là. Allez hop, il faut freiner ce grand délinquant qui se déplace à deux roues. Freinons tout de go les élans du cycliste saguenéen. Et ça urge! Imposons-lui une limite de vitesse, question de le remettre à sa place sur sa selle. On n'a pas idée du danger qu'il impose à autrui.»
Non, mais sérieusement, je rêve ou quoi! Pendant que Saguenay impose cette limite de 30 km/h à ses cyclistes, des automobilistes fautifs fourmillent dans les rues de Saguenay. Il y encore et toujours des petits chauffeurs à calottes (souvent encore ados) qui se prennent pour des coureurs de F1 sur le boulevard Talbot. Pendant ce temps aussi, il y en a d'autres qui roulent avec des silencieux modifiés qui font un bruit d'enfer. Mais tiens donc, on tolère cela aussi.
On ne compte plus le nombre de conducteurs en état d'ébriété, dont plusieurs se font heureusement arrêter par les policiers. Mais il y en a tant d'autres qui roulent à qui mieux mieux sans de faire pincer. Et ce phénomène est bien présent dans plusieurs autres villes du Québec, faut-il le préciser.
Et combien de morts sur les routes de la région, fauchés par des inconscients ivres à quatre roues? On attend quoi pour contrevenir équitablement contre ces «bozos» qui créent une véritable hécatombe sur notre réseau routier? 
On attend qu'une jeune famille entière soit décimée pour vraiment agir adéquatement et imposer des lois encore plus sévères? On attend encore le pire pour agir de façon concrète?
Et puis voilà, comme pour dévier le débat, que la Ville de Saguenay impose un règlement aux pauvres cyclistes qui roulent en mode harmonie et écolo dans ses rues. Une limite de vitesse à la con imposée à des citoyens qui se déplacent harmonieusement dans les rues et les pistes cyclables de la ville. Même Vélo Québec a tendance à trouver cela pour le moins exagéré. C'est tout dire!
Yvan Giguère, amateur de cyclotourisme, Saguenay