Dans son spectacle Mike Ward s'eXpose, présenté en 2010, l'humoriste avait fait un numéro sur Jérémy Gabriel où il faisait allusion à son handicap.

L'humour et ses limites

Il est temps au Québec que le Tribunal des droits de la personne fasse respecter des droits bafoués par un ou des humoristes qui croient qu'ils peuvent dire tout ce qu'ils veulent, même s'il existe une Charte des droits et libertés de la personne pour protéger notamment les personnes les plus vulnérables dans notre société.
L'article 4 de la Charte précise que « toute personne a droit à la sauvegarde de sa dignité, de son honneur et de sa réputation ». Il est donc totalement inadmissible, injurieux et irresponsable qu'on ridiculise des personnes handicapées durant un spectacle.
Pourquoi serait-il permis d'insulter n'importe qui sous prétexte que les humoristes ont droit à un traitement spécial, soit à une totale liberté d'expression artistique peu importe les conséquences? En France, un polémiste bien connu a été condamné à 22 500 euros d'amende sous peine d'emprisonnement pour des propos antisémites exprimés durant son spectacle. De plus, la Cour d'appel de Paris a confirmé la condamnation de ce même humoriste à une autre amende de 28 000 euros pour diffamation, injure, provocation à la haine et discrimination raciale. Il était aussi poursuivi dans deux affaires concernant des propos diffusés sur Internet.
Les préjudices physiques et moraux subis par les personnes atteintes dans leur dignité doivent être compensés financièrement d'une manière suffisante, exemplaire et dissuasive. Pour bien rappeler aux humoristes qu'il y a des balises en place qui doivent être respectées par tous sans exception.
André Delage
Québec