La création d'un fonds pour les infrastructures de transport en commun par le gouvernement fédéral pourrait faire en sorte que le futur service rapide par bus soit réalisé en partenariat public-privé.

Lévis, la ville qui nous coûte cher en transports

Le ministère des Transports a enclenché le processus pour l'étude de faisabilité d'un tunnel Québec - Lévis. Une décision illogique et potentiellement très coûteuse qui a cependant le mérite de faire la preuve par quatre que nos politiciens de la région de Québec croient autant au Plan de mobilité durable que le maire de Québec a de l'affection pour l'opposition à l'hôtel de ville.
Plus tôt cette année, le projet de service rapide par bus (SRB) a été présenté comme la pièce maîtresse du Plan de mobilité durable. C'est là un projet de 1 milliard de dollars. Ce n'est pas une bagatelle. Le coeur de ce Plan est une ligne de 30,9 km dont approximativement la moitié est sur la Rive-Sud. Que pensez-vous que sera le choix des gens entre un SRB qui passe par les ponts et un tunnel qui permet un accès direct en automobile au centre-ville de Québec?
Le projet de tunnel signe tout simplement la mort du SRB. Considérant qu'il est probable que les coûts d'un tunnel seront, comme pour le SRB, de l'ordre du milliard, il est très bizarre que personne ne souligne l'illogisme de cette débauche d'argent. Surtout au bénéfice d'une ville (Lévis) qui a une densité plus faible que tous les arrondissements de la ville de Québec!
Croisant les chiffres officiels du ministère des Affaires municipales et de la Ville de Québec, on peut noter que les arrondissements de la ville de Québec ont une densité qui varie entre 540 habitants/km2 (Haute Saint-Charles) à 4859 habitants/km2 (Cité-Limoilou). La densité de la ville de Lévis est de 320 habitants/km2. Il me semble qu'une certaine logique économique dans l'optique de faciliter les transports impliquerait d'investir vers (et de) la Haute Saint-Charles et tous les autres arrondissements de la ville de Québec avant Lévis.
Le problème de base, que personne n'ose aborder, est que beaucoup choisissent d'habiter sur la Rive-Sud pour une meilleure qualité de vie malgré le fait qu'ils travaillent à Québec. C'est leur choix, mais aussi la raison des embouteillages aux heures de pointe. Collectivement toutefois nous ne devrions pas avoir à payer le prix fort pour ces choix individuels.
Eric Alvarez
Québec