Lettre à Hubert Lenoir

Cher Hubert. J’aime ton audace, ta couleur et ta fougue. Comme l’ont fait précédemment avant toi les Diane Dufresne de leurs époques. On ne peut qu’applaudir devant la diversité et le talent.

Cependant, ce que je déteste par-dessus tout, c’est le manque de respect et de classe. Malheureusement, dimanche soir, Hubert, en t’enfonçant un précieux Félix dans la gorge, tu as fait preuve d’un grand manque de culture. Ce que tu tentais de t’enfoncer dans la gorge, c’est plus de 40 ans de culture, un monument de la chanson, ce que représente le grand Félix Leclerc. Cher Hubert, je te souhaite de continuer à rayonner et à devenir hors de tout doute un modèle positif pour cette jeune relève du show-business à laquelle tu appartiens.

Pierre-Paul Boisvert, Montréal