Les médailles de la Gouverneure générale

La diplomatie, ça s’apprend et ce n’est pas une science infuse à la naissance. C’est une leçon tardive du fructueux parcours de vie de Julie Payette, pourtant une élève studieuse, qui a dû apprendre tellement de choses pour devenir astronaute et briller dans le firmament de la notoriété publique.

Quand on excelle en tout et qu’on a une discipline de calibre militaire, il va de soi que le commun des mortels qui nous entoure et qui est sous notre autorité hiérarchique nous apparaît d’une faiblesse de caractère et d’une indiscipline inacceptables. Comment alors se surprendre de remontrances aussi fréquentes de la générale à ces gens qu’elle aurait tendance à percevoir comme ses sous-officiers ?

Julie Payette vient de montrer au Canada que toutes ses médailles durement gagnées, aussi reluisantes et prestigieuses soient-elles, ont une autre face, pas toujours aussi évidente à entretenir. La diplomatie, on doit aussi s’appliquer à l’exercer à l’intérieur de notre organisation. Des machines bien huilées et bien entretenues sont toujours utiles et même parfois nécessaires aux chefs militaires pour se rendre au combat.

André Verville, Lévis