Les défis de la traverse Québec-Lévis

La Société des traversiers du Québec (STQ) ainsi que le ministère des Transports (MTQ) reconnaissent d’emblée, à juste titre et pour cause, qu’une nouvelle définition d’offre de service se dessine entre Québec et Lévis. Trois nouveaux joueurs apparaissent: le troisième lien, le réseau structurant à Québec ainsi que la construction de deux nouveaux traversiers. Le casse-tête s’agrandit joliment !

Nul doute que la qualité du service des traversiers passe par la ponctualité, le confort, la sécurité et la fiabilité. Justement, à ce sujet, l’hiver avec son amoncellement de glaces combiné à la marée baissante deviennent un redoutable adversaire qui, très souvent, fait dériver les traversiers vers l’île d’Orléans; un détour non souhaité qui crée une vague de mécontentements !

Donc, pour éviter les indésirables dérives, peut-on espérer que les nouveaux traversiers, peu importe le type d’énergie, soient assez puissants et surtout munis d’une coque de «type brise-glace» possédant une étrave qui éloigne efficacement les glaces au lieu de les pousser. Cela, croyez-moi, ajouterait de la ponctualité et de l’efficacité au service hivernal des traversiers. Ainsi la houle dans l’opinion publique s’estomperait !

Michel Beaumont
Québec