La formule par équipes ne permet pas de connaître et de s'attacher aux aspirants-chefs. Il a fallu attendre à la cinquième émission pour voir des plats vraiment appétissants, tant les participants sont coincés dans le temps.

Les Chefs, honteux gâchis

En réaction au texte de Richard Therrien publié le 5 août
Jamais je n'ai autant «bu vos paroles» ... Chapeau pour votre chronique du 5 août!!
En deuil d'une émission que j'appréciais, je me crois devenue masochiste en constatant que je persiste à regarder sa mouture dernier cri... J'endosse donc à 300 % chaque mot de vos propos et chaque expression de désolation qui les constitue.
Je soulignerai le si mauvais choix des juges, l'absence d'un Daniel Vézina doté d'aisance et d'empathie, la froideur robotique d'une animatrice coincée dans ce rôle où, avant elle, d'autres ont réussi à nous accompagner agréablement.
Aussi, pas de présentation convenable, au début de la série, de ces pauvres chefs qui, de lundi en lundi, nous apparaissent mal aimés. La vedette, la bridage ... vraiment pertinent?
Il y en aurait encore beaucoup à dire. Sur l'art de changer pour changer ou comment cracher sur le succès de même que sur les spectateurs, témoins de ce honteux gâchis !
Carolle Turgeon
Lévis