Les caisses pop frappent encore

J’ai reçu en ce lundi 28 janvier une lettre de ma caisse populaire, celle de Charlesbourg, me disant que mon centre de services d’Orsainville, au coin du boulevard Henri-Bourassa et de la rue Orsainville, déménage. Loin de son lieu actuel, à six coins de rue, près du boulevard Jean-Talon. On me dit que c’est tout près, alors que c’est tout le contraire pour tous ceux et celles qui comme moi n’ont pas de voiture.

On nous dit que c’est un incontournable dans la révision du réseau de distribution pour moderniser et simplifier.

Des choix s’offrent à moi, soit fermer mon compte pour aller à la Banque Nationale située tout près à Place Liray ou avaler de travers et continuer avec ma caisse. Je ne crois pas qu’ils nous laisseront des guichets automatiques, ce n’est pas mentionné dans la lettre du directeur général, François Bergeron, à qui je vais écrire mon mécontentement après l’avoir partagé à un préposé de la caisse. Desjardins ne se préoccupe plus des gens à faible revenu et des personnes âgées. J’ai 61 ans, mais je pense aux aînés(es) à qui cela causera problème! Desjardins, tu t’éloignes des gens de plus en plus, comme le ferait un bulldozer!

Madeleine Boucher, Québec