Les cadres de l'Université du Québec doivent rembourser

Lettre à Hélène David, ministre responsable de l'Enseignement supérieur
La journaliste Élizabeth Fleury rapportait, le 26 février, ce que la vérificatrice générale du Québec, Guylaine Leclerc, venait de rendre public : 800 000 $ ont été payés en trop à des cadres de quatre établissements de l'Université du Québec de 2010-2011 à 2014-2015.
En assumant que cette information soit fondée, vous comprendrez que les citoyens ne peuvent qu'être dégoûtés de la négligence et de l'irresponsabilité des gestionnaires qui ont accordé des rémunérations supérieures à ce que la loi autorisait.
Comme les dirigeants des établissements concernés sont désignés par le gouvernement du Québec, il aurait été normal que ce dernier s'attende à ce que ces personnes soient pleinement responsables et surtout quand il s'agit de respecter la loi qui encadre leur propre gestion.
Face à un tel écart de conduite, votre gouvernement n'a pas d'autre choix que d'exiger le remboursement des sommes versées en trop et de sanctionner les dirigeants qui ne méritent pas la confiance que l'État leur a accordée.
André Demers, Québec
***
Déneigez, svp
Les bancs de neige s'accumulent partout dans les rues de la ville. Il semble bien que les autorités de la ville de Québec aient oublié que les hivers sont toujours rigoureux et que la neige s'accumule toujours dans les rues, surtout sur les terrains et les trottoirs devant les maisons. Comme on ne ramasse plus cette neige avec des souffleuses et des camions comme auparavant, il y a des endroits où les trottoirs sont devenus des sentiers trop étroits pour deux personnes de front sur le trottoir, comme la rue Grand Jean, entre celle du Campanile et des Compagnons. 
On pourrait citer plusieurs autres endroits semblables dans la ville. On fait sûrement des économies de cette façon, sans ramasser la neige, mais pour la vie quotidienne des citoyens, c'est assez embarrassant et surtout très frustrant. Il n'y a pas un amphithéâtre qui puisse remplacer ces tracas quotidiens pour les citoyens de cette ville, au cours de l'hiver.
Pierre V. Leclerc, Québec