L’environnement, la religion de demain

Il n’y a pas si longtemps, dans les années 1940 et 1950, la religion était présente dans tout. Le curé de la paroisse bénissait chaque nouvelle construction, confessait, mariait et baptisait tout en jetant un oeil sur la politique pour les bonnes mœurs. L’évêque parlait avec les ministres et les industriels pour les guider. Les églises étaient bondées.

Si vous croyez que la jeune génération, par ses agissements, est différente de la précédente, détrompez-vous! Les vertus se modernisent. Leur religion maintenant est l’environnement et les sermons proviennent des politiciens. Pour les nouvelles et potins, le perron d’église a été remplacé par les réseaux sociaux. Cette nouvelle cohorte qui prend le bâton du pèlerin et qui prêche la bonne nouvelle d’une planète plus bleue, par des gestes verts, rougira d’honneur d’un succès salué par leurs pairs. Vive la religion de demain!

Michel Beaumont, Québec