Lenoir obscur

Ainsi, le jeune chanteur québécois Hubert Lenoir déplore qu’en ne chantant pas assez en anglais lors des spectacles de la Fête nationale, on se replie sur nous-mêmes...

Pourtant, si on observe le monde, on peut douter fort que les peuples de pays comme l’Italie, la Suède, le Japon ou autres s’autoflagellent parce qu’ils célèbrent leur fête nationale dans leur langue respective. C’est seulement ici qu’on entend des artistes dénigrer leur propre peuple, et cela, sans raison valable.

Le fait de célébrer notre Fête nationale avec notre (seule) langue nationale serait une preuve d’exclusion des autres? Certains en sont rendus à considérer la langue française comme un symbole d’intolérance. C’est absurde.

Le vrai repli sur soi se produit lorsque nous sombrons dans l’opacité des préjugés et des faussetés (fake news).

Hubert Lenoir devrait tenter de demeurer dans le clair-obscur plutôt que dans le noir obscur...

David Doyon, Québec