Pauline Marois

Le vrai problème de Pauline Marois

C'est qu'elle n'aurait pas été capable d'être première ministre du Canada. Femme intègre, et gestionnaire acceptable, elle n'avait cependant pas la sophistication voulue pour être à la tête d'un vrai pays. C'est d'ailleurs le problème du Parti québécois lui-même d'être toujours trop provincial. Encore axé sur les modèles rassembleurs plutôt que sur les politiques minutieuses et structurées. Son projet est demeuré amateur et mal ficelé.
C'est qu'elle n'aurait pas été capable d'être première ministre du Canada. Femme intègre, et gestionnaire acceptable, elle n'avait cependant pas la sophistication voulue pour être à la tête d'un vrai pays. C'est d'ailleurs le problème du Parti québécois lui-même d'être toujours trop provincial. Encore axé sur les modèles rassembleurs plutôt que sur les politiques minutieuses et structurées. Son projet est demeuré amateur et mal ficelé.
Michel Magnant, Montréal