Le service à l’auto pas très écolo

On parle de plus en plus de petits gestes individuels à faire pour réduire son empreinte écologique, mais avons-nous pensé au service à l’auto dans plusieurs commerces de restauration rapide? Nous, qui sommes si déterminés à marcher pour sauver la planète et à signer pétition sur pétition, pourquoi utilisons-nous le service à l’auto? Toutes sortes de raisons peuvent être invoquées pour utiliser ce service, mais est-ce que nous nous rendons compte de la pollution causée par tous ces véhicules dont le moteur tourne inutilement en attendant la livraison de la commande? Sans compter gobelet, vaisselle et ustensiles qui se seront jetés quelques instants plus tard! Est-ce que nos gestes pourront suivre nos discours?

Pierre Lincourt

Chicoutimi

+

SOUTIEN À MON QUOTIDIEN 

Mon ordi était en réparation depuis jeudi dernier. Alors aujourd’hui, je m’inscris dans cette «déferlante» d’amour et d’appui à mon journal qui, quotidiennement, me donne l’information sur tous les aspects de notre vie tant au niveau politique que social, économique et culturel,régional, national et international qui font de moi une citoyenne éclairée et branchée. Lorsque j’étais au Saguenay, Le Quotidien faisait... mon quotidien! Depuis 1980, Le Soleil est chaque matin, avec mon café, mon rayon de soleil journalier! Merci à toutes les personnes qui y œuvrent... incluant mon camelot qui me le livre à 5h30. Je crois que, maintenant, toute la communauté est mobilisée pour assurer une pérennité à notre institution. Ne lâchez pas!

Lise Larouche

Québec

+

UNE LECTRICE DE 94 ANS

Je suis âgée de 94 ans et je demeure maintenant à Québec. Le journal Le Soleil fait partie de ma vie depuis toujours. Je suis originaire du Nouveau-Brunswick de parents québécois. Lorsque j’étais enfant, mes parents y étaient abonnés. Le Soleil nous était livré par train avec une journée de retard et était déposé dans notre boîte postale au bureau de poste. J’y suis toujours abonnée.

Rita Sénéchal

Québec