Le RTC craint-il ses usagers?

Il y a deux semaines à peine, le RTC invitait les utilisateurs du parcours 16 à une rencontre d'information et d'échanges. Heureux de constater que le RTC donnait suite à ses interventions et à ses suggestions, le Comité de sauvegarde du 16/RTC a invité le plus de gens possible à venir écouter les dirigeants du RTC. La rencontre devait avoir lieu le mercredi 26 février, au presbytère de Sillery à 19 h, un endroit et une heure raisonnables étant donné le peu d'accès que les résidents du secteur de la côte de Sillery/chemin du Foulon/côte Gignac ont au transport en commun depuis juin dernier.
Il y a deux semaines à peine, le RTC invitait les utilisateurs du parcours 16 à une rencontre d'information et d'échanges. Heureux de constater que le RTC donnait suite à ses interventions et à ses suggestions, le Comité de sauvegarde du 16/RTC a invité le plus de gens possible à venir écouter les dirigeants du RTC. La rencontre devait avoir lieu le mercredi 26 février, au presbytère de Sillery à 19 h, un endroit et une heure raisonnables étant donné le peu d'accès que les résidents du secteur de la côte de Sillery/chemin du Foulon/côte Gignac ont au transport en commun depuis juin dernier.
Or, de façon étonnante, la protectrice de la clientèle du RTC nous informait avant-hier par courriel que la rencontre était annulée. En lieu et place de celle-ci, elle nous invitait à assister à la séance régulière du conseil d'administration du RTC, qui aurait lieu dans les bureaux d'arrondissement de La Cité-Limoilou, sur la rue St-Joseph, à 17h. Il n'est plus question d'information et encore moins d'échanges. Les utilisateurs seront mis devant le fait accompli des décisions du RTC.
Comment comprendre cette révocation unilatérale qui brime de façon flagrante les droits des citoyens aux services, à la participation démocratique et à l'information? Étant donné la nature du dossier, s'attendre à ce que les étudiants, les travailleurs, les personnes âgées et les personnes à mobilité réduite qui utilisent le 16 se trouvent au centre-ville à 17 h peut être considéré comme une insolence inacceptable, en plus d'une incompréhension flagrante des besoins des usagers du réseau.
Le comité a consacré bénévolement beaucoup de temps, d'énergie et d'effort pour diffuser les informations au sujet de la rencontre qui devait avoir lieu au presbytère. L'annonce de son annulation est reçue comme une preuve de mépris envers la population en général, et envers l'engagement citoyen en particulier. Faut-il rappeler que les dirigeants du RTC sont d'abord et avant tout des élus qui siègent au conseil de Ville?
La question nous paraît donc légitime : le RTC craint-il ses usagers? Ses décisions sont-elles à ce point injustifiables qu'il recourt aux pires stratégies de désinformation et de déstabilisation pour empêcher une saine discussion avec les gens qu'elles concernent directement?
Gerrit Dogger, Comité citoyen de sauvegarde du 16/RTC