Des gens épinglent leur coquelicot pendant la cérémonie du jour du Souvenir à Winnipeg.

Le rouge et le blanc

On voit rouge ces jours-ci. Et je ne pense pas à la colère des Américains qui ont élu Donald Trump. Je pense à l'omniprésence des coquelicots rouges sur les plateaux de télévision pendant les reportages sur les élections américaines.
Le coquelicot rouge honore les militaires victimes des guerres, mais en même temps, il sert à glorifier la guerre. 
Aujourd'hui, les victimes des guerres sont surtout des civils; je pense aux milliers de réfugiés qui fuient leur pays, aux personnes tuées par les bombardements; encore aujourd'hui, Le Devoir rapporte que 20 civils ont été tués par une frappe de la coalition antidjihadiste dirigée par Washington.
Il faut que ces horreurs cessent. Le blanc de la trêve, le blanc de la paix doit remplacer le rouge du sang. C'est pourquoi je porte le coquelicot blanc.
Maryse AzzariaSainte-Julienne