Si Brad Wall désire vraiment faire transiter son pétrole à travers notre province, il devrait commencer par faire l'effort de ravaler son mépris envers nous et de montrer un peu de civilité, estime l'auteur.

Le rendez-vous de Bernard avec la vie

Québec attendait ce moment depuis des mois. Le retour de Bernard Labadie à la tête des Violons du Roy et de La Chapelle de Québec. Le chef avait planifié cette soirée alors qu'il livrait un rude combat contre le cancer.
Au programme, la Grande messe en do mineur et le requiem que Mozart a composé au crépuscule de sa vie. Deux pièces inachevées, mais considérées comme parmi les oeuvres majeures du compositeur...tout comme la vie de Bernard.
L'entrée en scène du maestro Labadie fut saluée par une ovation impressionnante, témoignant de l'émotion des spectateurs. Puis, sous l'impulsion du chef, après qu'il ait exprimé de brefs remerciements, place à la musique. Dès les premières mesures, la magie s'exerce par une symbiose parfaite entre le chef d'orchestre, ses musiciens, son choeur, les quatre solistes et son public composé de gens de tous les milieux : jeunes et moins jeunes, étudiants, représentants de l'univers culturel, gens d'affaires, etc. Une parfaite harmonie. 
Ce concert en hommage au maire Jean-Paul L'Allier a été un moment historique qui démontre que les gens de Québec apprécient les grands événements de qualité. Le palais Montcalm était à guichet fermé depuis des semaines.
La vie avait fixé un rendez-vous avec Bernard qui a répondu à l'appel avec plénitude et générosité au plus grand bonheur des artistes sur scène et de son public.
Merci Bernard
Gaston Déry, Québec