Le PQ et les principes en temps et lieu... et la souveraineté en temps et lieu

Il fallait la candeur du candidat péquiste de Portneuf pour «cristalliser» la tartufferie du PQ sur son article 1: «Je suis un souverainiste en temps et lieu», déclare-t-il. Pauline Marois, plus aguerrie, mais sacrifiant au principe de transparence, «ne s'engage pas à tenir un référendum dans le prochain mandat, mais ne s'engage pas non plus à ne pas en tenir». Pour atteindre le pouvoir, il faut, auprès des électeurs, cultiver l'ambiguïté, et, chez les militants, entretenir l'espoir du «moment» gagnant. Le poing levé pour le pays, le messie PKP à Québec ne veut pas répondre aux questions sur la souveraineté, mais uniquement sur l'entreprenariat. À une question sur Nurun, Marois l'écarte et répond à sa place. Castration, déjà?
Il fallait la candeur du candidat péquiste de Portneuf pour «cristalliser» la tartufferie du PQ sur son article 1: «Je suis un souverainiste en temps et lieu», déclare-t-il. Pauline Marois, plus aguerrie, mais sacrifiant au principe de transparence, «ne s'engage pas à tenir un référendum dans le prochain mandat, mais ne s'engage pas non plus à ne pas en tenir». Pour atteindre le pouvoir, il faut, auprès des électeurs, cultiver l'ambiguïté, et, chez les militants, entretenir l'espoir du «moment» gagnant. Le poing levé pour le pays, le messie PKP à Québec ne veut pas répondre aux questions sur la souveraineté, mais uniquement sur l'entreprenariat. À une question sur Nurun, Marois l'écarte et répond à sa place. Castration, déjà?
«Les élections à la date que je fixe, moi, en temps et lieu»
La loi 3, qui consacre les élections à date fixe, visait à mettre les principes démocratiques au-dessus de la partisannerie. «On a des principes ou on n'en a pas et on ne renonce pas à un principe parce que le panorama politique change», déclarait le ministre Drainville, le 15 novembre 2012. «Un engagement moral, disait-il, que le gouvernement soit majoritaire ou minoritaire.» Pourtant l'engagement a été bafoué. La décision de la première ministre d'y aller contre sa loi est-elle éthique? Non.
La neutralité politique et religieuse... en temps et lieu
Pour assurer la totale neutralité de l'État, la «charte stratégique des valeurs» étendrait aux signes religieux la norme «liséenne» 2013 qui interdit aux fonctionnaires le port de signes politiques et sociaux au travail. Lisée irait même jusqu'à interdire ces derniers «dans les manifestations» (Tout le monde en parle, 6 octobre 2013, neuvième minute de l'entrevue). Ahurissant quand on se rappelle le printemps érable où des professeurs et des députés affichaient le carré rouge au travail. Neutralité sélective.
En temps et lieu, soit le 7 avril, je m'en souviendrai.
Romain Gagné, Québec