Le pot, une affaire de mâles de la génération Y

En sortant du Carrefour Ste-Foy de Québec vers 9h20 ce mercredi, j’ai raté l’autobus de justesse. Devant attendre le prochain pendant au moins dix minutes, j’en ai profité pour observer cette intersection, l’une des plus laides et des plus mal conçues de la Capitale-nationale. Près de l’abribus, quatre jeunes hommes attendaient déjà l’ouverture d’une succursale de la Société québécoise du cannabis prévue pour 10h (40 minutes d’avance à -15 C°!). Le temps que l’autobus suivant arrive, la file d’attente s’est allongée jusqu’à compter près de vingt personnes, tous des hommes. Sauf un ou deux, j’estime qu’ils avaient entre 20 et 40 ans. Le pot serait donc pour une affaire de mâles de la génération Y (natifs des années 1980 et 1990). Une question: comment éduque-t-on nos garçons en comparaison à nos filles?


Michel Paillé

Québec