Le transbordement maritime de vrac est donc loin d'être un moteur économique important pour la région, estime l'auteur.

Le Port, un moteur économique?

Pour mousser son projet d'augmenter le transbordement maritime de vrac, le Port de Québec aime se qualifier de moteur économique de premier plan pour la région métropolitaine de Québec.
Or, Le Soleil nous apprenait récemment ce qu'était un véritable moteur économique: l'industrie de l'assurance et des services financiers crée près de 60 000 emplois directs et indirects et représente 15,7 % du produit intérieur (PIB) brut de la région métropolitaine de recensement (RMR) de Québec.
En comparaison, le transbordement de vrac au port de Québec représente une valeur ajoutée (retombées directes, indirectes et induites) pour la RMR de Québec se situant entre 0,5 et 0,8 % de son PIB et crée approximativement, de manière directe, indirecte et induite, quatre emplois sur 1000. Pour la RMR de Québec.
Le transbordement maritime de vrac est donc loin d'être un moteur important. À titre d'exemple, le transbordement d'un chargement de granules de bois aux nouveaux silos de l'anse au Foulon ne requiert que... trois employés!
Jean Lacoursière, Québec