Les difficultés dans le secteur des matières premières expliquent en partie la baisse de rendement du port de Québec.

Le Port de Québec : une inquiétude légitime

Les conservateurs montrent depuis neuf ans que la santé et la sécurité des gens ne sont pas leurs priorités. L'affaire de la contamination aux poussières toxiques provenant du Port de Québec illustre parfaitement ce laxisme du gouvernement Harper. L'administration portuaire de Québec manque de transparence dans ce dossier et le projet d'agrandissement, incluant un quai de type duc-d'Albe pour pouvoir exporter du pétrole, est un exemple intolérable d'opacité vis-à-vis des gens de Québec.
Les citoyens de Québec n'auront aucun moyen objectif de comprendre les impacts de l'acheminement de pétrole dans le secteur de Beauport puisque l'Agence canadienne d'évaluation environnementale a indiqué que le projet n'a pas à être soumis à une étude. Les gens de Limoilou, de Vanier et de Sainte-Foy sont donc les victimes de l'éviscération des lois environnementales canadiennes par Stephen Harper.
Ce projet, qui aura un impact substantiel pour toute la Ville de Québec, soulève l'inquiétude d'une part importante de la population. Cette inquiétude est légitime considérant les agissements du Port de Québec dans le cas de l'érection du terminal de granules de bois à l'Anse-au-foulon et dans celui de la contamination aux poussières toxiques provenant des opérations et de l'entreposage du vrac solide dans le secteur de Beauport.
Dans le premier cas, la construction des silos a débuté avant que l'étude environnementale d'Arrimage Québec soit rendue publique par l'administration portuaire. Tout le monde a été mis devant le fait accompli. Dans le cas de la contamination qui affecte la Basse-Ville de Québec, le Port et Arrimage Québec continuent d'assurer que tout va bien sans démontrer clairement que les mesures d'atténuation sont efficaces et protègent la population. Les Conservateurs, au lieu de jouer un rôle de chien de garde de l'intérêt du public, détournent le regard et abandonnent à leur sort les gens de Limoilou, de St-Roch et des environs.
Le NPD propose des solutions claires : soumettre les plans de développement du Port à la supervision du Commissaire à l'environnement et au développement durable et instaurer un régime d'évaluation environnementale qui regagnera la confiance du publique.
Soyons clairs, la croissance et le développement économique sont importants pour Québec, mais cela doit se faire de façon durable et en consultation avec la population. J'ai même déposé, peu après mon élection, une motion demandant au gouvernement de revitaliser les installations du port, motion à laquelle les conservateurs se sont opposés. La transparence doit être le maître mot d'une administration portuaire canadienne. C'est ce que le NPD réclame depuis presque 3 ans à Québec, et nous continuerons à l'exiger au nom de nos concitoyens.
Raymond Côté
député de Beauport-Limoilou, NPD