Le pdg du CN, Claude Mongeau, propose aux gouvernements de procéder à une étude d'ingénierie détaillée pour déterminer combien il en coûterait et comment il faudrait procéder pour repeindre le pont de Québec, «ne serait-ce que pour avoir une gestion responsable des fonds publics qu'ils souhaitent commettre».

Le pont «Gros Bill»

Plutôt quatre bonnes raisons de renommer le vieux pont de Québec «le Gros Bill».
D'abord, bien sûr, pour rendre hommage au gros Bill lui-même, Jean Béliveau. Ensuite, pour Bill Gates, qui convaincra, un de ces quatre, le conseil d'administration du CN de payer sa part pour repeindre son pont. Et puis pour Bill Wâbo, personnage de téléroman historique, puisqu'il faut aussi une raison historique. Enfin, et surtout, pour le bill faramineux que vont coûter les travaux pour repeindre notre cher vieux pont de Québec. Vive le pont «Gros Bill»!
Daniel Champagne, Québec