Le pont de Québec

On cherche de l'argent pour financer les travaux d'entretien du pont de Québec et on laisse dormir 75 millions $ offerts par le gouvernement du Canada! Qu'est-ce qu'on attend pour commencer? Le CN est responsable de la solidité, donc de toute la partie située sous le tablier du pont. Il me semble que ce soit logique de leur part d'en assumer la responsabilité, puisqu'il s'agit de leur seul lien entre les deux rives, depuis l'est de Montréal jusqu'à la Gaspésie.
Pour la suite, on pourrait établir un plan quinquennal dans lequel seraient impliqués les gouvernements du Québec et d'Ottawa, de même qu'une contribution des villes de Québec et de Lévis. Je ne connais pas la part de la responsabilité du CN, mais à l'oeil, disons le tiers.
Sur 450 millions $, cela fait 150 millions sur cinq ans. En caisse : 75 millions $. Il ne reste plus que 225 millions $ sur cinq ans pour tous les autres partenaires. Si ces sommes raisonnables sont considérées comme étant encore trop élevées, on divise par deux pour un échéancier de 10 ans. Où est le problème? La volonté politique?
Benoît Thibault, Québec
Les constructions dans Sillery
Les articles d'Annie Morin sur les constructions dans Sillery m'ont interpellée.
Promoteurs et citoyens ne s'entendent pas sur tous les points. Dommage. J'admire et remercie mes concitoyens qui s'impliquent activement dans le dossier : qu'on soit retraité ou non, on a autre chose à faire qu'aller à l'hôtel de ville faire entendre son point de vue.
Voici humblement le mien, moi qui habite ce quartier en mouvance : une mixité de constructions, de looks, mais surtout une variété de prix (bien peu de jeunes familles peuvent se permettre un jumelé à 600 000 $), une préservation des espaces verts (assez pour y mettre la neige de l'entrée d'auto au moins), une réserve sur les hauteurs démesurées (il y a eu déjà progrès sur ce point, bravo!), souci de conservation des arbres matures. Avec le respect mutuel entre interlocuteurs et ouverture d'esprit, on devrait arriver à une densification harmonieuse qui sera bénéfique pour tous.
Judith Germain, résidente de Québec (ancien Sillery)