Le mégot de trop

Selon le Service de sécurité incendie de Montréal (SIM), un mégot de cigarette jeté dans un bac à fleurs aurait causé l’incendie survenu dans l’édifice abritant les bureaux du journal Le Devoir lundi. Le chef des opérations au SIM, David Shelton, a fait le commentaire suivant : «C’est la cause la plus courante et évitable; ça coûte des millions chaque année».

Des millions de dollars chaque année. Imaginez! C’est à mettre au passif de la cigarette, qui non seulement tue des millions de personnes dans le monde, mais allume aussi des feux destructeurs. Avant, il y avait des cendriers un peu partout, mais ils se font rares maintenant. Alors, les gens prennent des risques.

Sylvio Le Blanc, Montréal