Le mauvais choix

Je ne sais pourquoi Éric Tétrault a été choisi comme candidat dans Louis-Hébert. Si le PLQ voulait faire montre de renouveau, on repassera. Quelle relève! Avec plusieurs affaires dans le placard du candidat, il fallait s'attendre qu'elles prennent le devant de la scène.
Voilà ce qui arrive généralement à un parti bien longtemps au pouvoir : l'usure se fait et on prend les choses - et l'électorat - pour acquis. Dans Louis-Hébert, les libéraux croyaient sans doute qu'un poteau pouvait être élu! Comme, au niveau fédéral, dans Saint-Laurent! 
Ce choix du candidat Tétrault témoigne aussi du fort mauvais jugement du premier ministre Couillard. Il se devait de savoir les «problèmes» de son candidat, qui est de plus associé à l'ère Charest, dont il dit toujours vouloir se dissocier. Oui! Le pouvoir use et cette erreur dans le choix de candidat témoigne d'une autre grande vérité politique : tout parti politique au pouvoir, avec le temps, finit par se perdre lui-même.
Comme chantait le grand Léo Ferré : «Avec le temps, va, tout s'en va...»
Michel Lebel, Entrelacs