Le Laliberté, bateau-cirque !

Quel dommage de devoir licencier ses employés. Le Cirque du Soleil aurait dû résoudre de façon permanente la façon de diffuser ses spectacles. Simplement, avec un navire de croisière. Son nom : Le Laliberté. Pensez à l'Oasis of the sea. Un navire-spectacle qui naviguerait à travers les océans. Faire différent à New York, Shanghai, Los Angeles. Oublier un pays dont l'économie devient chancelante du jour au lendemain. C'est simple, l'économie va bien, on va où elle va. Aujourd'hui, le Japon est touché par un tsunami, on reviendra l'an prochain. La beauté du navire, c'est que si vous vous trompez sur un site pour plusieurs raisons ou par manque de vision, on change de cap. Le cirque devient maître à bord, on oublie l'urbanisation, les protestations comme l'idée du nouveau casino à Montréal. Avec le navire, on largue les amarres et on prend le large. Gardons l'idée d'un Walt Disney, transportons des gens durant une semaine et puis émerveillons-les.
Quel dommage de devoir licencier ses employés. Le Cirque du Soleil aurait dû résoudre de façon permanente la façon de diffuser ses spectacles. Simplement, avec un navire de croisière. Son nom : Le Laliberté. Pensez à l'Oasis of the sea. Un navire-spectacle qui naviguerait à travers les océans. Faire différent à New York, Shanghai, Los Angeles. Oublier un pays dont l'économie devient chancelante du jour au lendemain. C'est simple, l'économie va bien, on va où elle va. Aujourd'hui, le Japon est touché par un tsunami, on reviendra l'an prochain. La beauté du navire, c'est que si vous vous trompez sur un site pour plusieurs raisons ou par manque de vision, on change de cap. Le cirque devient maître à bord, on oublie l'urbanisation, les protestations comme l'idée du nouveau casino à Montréal. Avec le navire, on largue les amarres et on prend le large. Gardons l'idée d'un Walt Disney, transportons des gens durant une semaine et puis émerveillons-les.
Gilbert Desrochers, chef mécanicien 1re classe
Matane