Le gentil chien

Lors d'une sortie familiale en milieu de travail, un collègue m'a fait part de son aventure avec «le gentil chien» d'un ami.
Son ami en question est père de trois enfants âgés de quatre à huit ans et propriétaire d'un gentil chien qui a vu grandir ses enfants. C'est bien.
Un beau samedi d'été, l'ami en question est visité par des voisins, parents de jumeaux. L'un des jumeaux s'amuse avec le gentil chien: il lui tire les oreilles, la queue... Gentil chien est habitué, il en a vu d'autres avec les trois enfants de son maître.
L'autre jumeau veut aussi jouer avec le gentil chien: il s'interpose brusquement entre son frère jumeau et le gentil chien.
Le gentil chien n'aime absolument pas cet intrus et voit son nouvel ami menacé: par ses pattes avant, il écrase l'intrus (le jumeau) sur le sol et la gueule «grande ouverte», est prêt à le mordre. Heureusement! Le maître est là et est suffisamment fort pour arrêter le gentil chien prêt à mordre un enfant de deux ans, identique, c'est le cas de le dire, à son nouvel ami. Heureusement, ça s'est bien terminé.
Moi, j'aurais fait euthanasier le gentil chien. Et vous?
Pierre Drolet, Neuville