Le centre médical Berger est un dinosaure!

Déjà qu’on doit attendre des heures quand un médecin spécialiste nous fait l’immense privilège de bien vouloir nous recevoir après plusieurs semaines d’attente, j’apprends maintenant qu’il faut que j’aille au bureau de poste ou dans une pharmacie pour envoyer par fax ma demande de rendez-vous, parce qu’on ne donne plus de rendez-vous par téléphone, demande qui doit en outre être appuyée par une recommandation de mon médecin! Le comble, ils n’ont même pas d’adresse électronique, donc je ne peux pas envoyer ma recommandation médicale par courriel.

J’ai mon voyage! Le sacro-saint temps des médecins est-il donc tellement plus précieux que le mien? Moi aussi, je gagne ma vie et je dois être sur les lieux de mon travail pour le faire, sinon je suis pénalisée. Être obligée d’aller au bureau de poste pour envoyer un fax me demande du temps, l’attente dans le cabinet du médecin me prend du temps, et ça c’est sans compter que j’ai dû faire le pied de grue chez mon médecin pour aller chercher le papier pour pouvoir voir ma gynécologue pour mon examen routinier annuel. Clinique de dinosaures, je ne pensais jamais voir ça en 2019. À l’ère des communications virtuelles et instantanées, il faut encore envoyer un fax. Je n’en ai même plus chez nous, je l’ai jeté!

Annie Brassard, Québec

***

Surtout pas de sentiment de culpabilité

Les rédacteurs du rapport Bouchard-Taylor n’ont pas ménagé leur vocabulaire lors de leurs interventions concernant le projet de loi 21.

L’un a dit que l’on créerait de «nouvelles victimes» en incluant les enseignants, l’autre «qu’on n’a pas l’air d’une société décente». Et d’ajouter le qualificatif «radical» à cause de l’utilisation de la clause dérogatoire. J’en passe.

Tout pour nous culpabiliser et nous conduire à la confession générale parce que nous avons péché.Il est fini ce temps-là et cette loi somme toute modérée s’impose. Chapeau en particulier à des femmes engagées et crédibles qui osent dire le contraire lors de ces audiences.

Richard Gagné, Sainte-Pétronille