Le Carnaval de la Grande Allée

Le lobbying des marchands de Grande Allée a porté fruit, car les deux parades défileront presque uniquement sur cette artère. 

Dans un virage se voulant familial regroupant l’ensemble des activités à la haute ville, soit le parc de l’Esplanade, les plaines d’Abraham et la Grande Allée, les dirigeants qui se sont succédé ont fait mourir le Carnaval à petit feu. 

À Québec, depuis 1955, le Carnaval de Québec est la plus grande fête populaire hivernale au monde, attirant des milliers de visiteurs et générant des retombées économiques, touristiques et sociales essentielles à Québec. Avec Bonhomme, son palais de glace, ses superbes parades, les duchesses et plusieurs autres activités, la fête est devenue une façon traditionnelle d’apprivoiser l’hiver, de se réchauffer cœurs et corps. 

En 2017, Daniel Gélinas est devenu un consultant pour le Carnaval avec un objectif bien précis de reconquérir le cœur des citoyens de Québec. Le consultant a préparé tout un plan de match pour plaire aux commerçants de la Grande Allée. M. Gélinas, vous avez concentré le Festival d’été sur la Grande Allée et voilà que la majorité des activités du Carnaval se dérouleront maintenant dans cette partie de la haute ville.

Jocelyn Boily, Québec

***

Un aéroport de brousse

Trouver un taxi à l’aéroport de Québec est un travail à obstacles. Vendredi, en revenant du sud, je suis parti à la recherche d’un taxi. Ce n’est pas une mince affaire de trouver ce service puisque les affiches sont difficiles à trouver et les indications, tout aussi difficiles à suivre.

Pour avoir une voiture, il faut sortir dehors, marcher dans le froid, dans la neige et sur la glace. L’attente se fait dans un cagibi mal chauffé. Bref, ce service a été mal conçu et est indigne d’un aéroport international dans lequel des dizaines de millions ont été investis. Ce n’est pas un service de taxi conçu pour un aéroport international situé dans le nord, mais plutôt pour une piste d’un aéroport de brousse.

Bruno Giroux, Québec