Le cannabis au temps de l’hystérie

Franchement je ne comprends pas... Il y a des points de vente d’alcool juste à côté des écoles, et personne ne déchire sa chemise... On vend des produits du tabac et des vapoteuses à quelques mètres de parcs, et personne ne monte sur ses grands chevaux... On dirait que, depuis l’annonce de la légalisation prochaine du cannabis, un vent d’hystérie a commencé à souffler au Québec.

On revient aux vieux arguments de «plante démoniaque» qui recirculent en boucle au point que ça en devient ridicule. Le cannabis a causé moins de mortalité que le tabac ou l’alcool, mais il continue à faire peur. J’ai l’impression de revivre le temps de la Prohibition : on utilise des arguments émotifs au lieu d’utiliser sa raison. On traite les jeunes comme s’ils n’étaient pas capables de jugement. Pourtant, je ne les vois pas se précipiter avant leurs cours dans les dépanneurs pour de la bière.

Jean-Pierre Grenier, Québec