Le C. difficile, un tabou

Le Clostridium difficile demeure un ennemi de taille dans les hôpitaux. Cette bactérie, toujours présente, continue de faire trop de victimes chez les patients. Chaque année nous apporte un lot d'éclosions.
Bien sûr, les administrateurs atténueront son importance, on parlera à mots couverts d'une certaine bactérie presque incontrôlable. On ne veut surtout pas ébruiter la chose.
Trop souvent, les cadres supérieurs des hôpitaux développeront une certaine apathie envers le C. difficile, presque de l'indifférence.
Cette réalité est troublante, car après tout, les soins hospitaliers doivent soigner et apporter un réconfort, pas détruire une vie chargée d'espoir.
Michel Beaumont, Québec