L'austérité en abondance ou l'abondance dans l'austérité

Le gouvernement Couillard a tenté de nous convaincre que le Québec était au bord du gouffre budgétaire et que les demandes des employés du secteur public étaient déraisonnables. Cependant, plus on en apprend sur la rémunération des médecins, et plus on constate que ce gouvernement nous parle des deux côtés de la bouche.
En effet, n'est-il pas déplorable que ces disciples d'Hippocrate profitent du système sous la bonne gouverne de ces ministres médecins qui couvrent des ententes plus ou moins secrètes? À ce sujet, la vérificatrice générale dénonçait le laxisme entourant le contrôle de la facturation des actes médicaux qui a permis aux médecins d'empocher près d'un demi-milliard de dollars de rémunération en trop, sans parler de l'ouverture du docteur Barrette aux frais accessoires pour ses ex-confrères.
Encore ce matin, les journaux nous apprennent que les médecins recevront les mêmes augmentations que celles consenties aux employés du secteur public; cette somme de 200 millions s'ajoutant aux 42 % d'augmentation de «rattrapage salarial» déjà négocié, comparativement aux 7,5 % versés au secteur public pour la même période.
Deux poids, deux mesures, voilà l'équité libérale. Pourquoi ce gouvernement n'applique-t-il pas la même médecine pour tous?
Marcel Perron
Neuville