L’art de M. Hunter

Raoul Hunter, un autre grand personnage, nous quitte. Il aura marqué toute la génération des artisans de la Révolution tranquille.

Il n’hésitera jamais à illustrer avec talent ses convictions par des caricatures qui parfois dérangeaient, mais qui traduisaient bien ses valeurs humaines et proposaient une réflexion sur la société. Par sa grâce et sa vision de la société, il dépeindra les personnages et événements de cette époque charnière. Artiste accompli, il s’est aussi distingué par des sculptures d’une grande beauté. Allons admirer sur le quai du bassin Louise l’hommage aux marins de la marine marchande morts lors de la Deuxième Guerre mondiale et qui ont exercé un rôle déterminant et malheureusement encore trop inconnu. Cette œuvre illustre le reflet de son talent et constitue un leg de grande valeur. Au revoir, Monsieur Hunter.

Gaston Déry, Québec

***

NE TIREZ PAS SUR LA LIGUE D'IMPRO

En réaction au Point de vue «Une séance permanente d’improvisation caquiste» de M. Marc Simard, paru le 9 décembre

M. Simard, je prends quelques minutes pour vous écrire, à titre de directeur artistique, d’improvisateur professionnel et de membre du conseil d’administration de la LNI. Rien de grave, ne vous en faites pas, mais quand même, je tenais à vous soumettre une petite remarque que je souhaite constructive. Nous sommes plusieurs à la LNI à avoir vu passer votre critique de certaines politiques gouvernementales comme étant «dignes de la Ligue Nationale d’Improvisation». 

Sachez que cela nous fait toujours un pincement au cœur quand on utilise notre nom pour des fins de dénonciation de quelque chose qu’on juge bâclé, mauvais, ou mal ficelé. Comme si l’improvisation était signe de piètre qualité… Alors que l’improvisation, telle qu’on la pratique à la LNI, est le plus souvent bonne ou excellente, voire même sublime à l’occasion. Nous offrons un spectacle de grande qualité depuis 1977 et notre rayonnement est international.

Je suis même d’avis qu’en associant le nom de la LNI aux décisions du gouvernement caquiste que vous dénoncez, vous envoyez un message brouillé… puisque la LNI improvise bien!

Alors merci de tenir compte, à l’avenir, de notre sensibilité. Si par ailleurs vous souhaitiez venir juger par vous-même de la qualité de nos productions, sachez que notre Saison de la Coupe Charade commence au Club Soda le 11 février prochain, que nous improvisons en nous inspirant des grands artistes et grands courants artistiques dans notre série La LNI s’attaque…, et que nous faisons plus de 250 activités autour de l’impro chaque année. On commence à avoir le tour!

François-Étienne Paré, directeur artistique, Théâtre de la Ligue Nationale d’Improvisation