L’agonie de ma rue

Tristesse ce matin!

Je viens d’apprendre la fermeture prochaine du café Krieghoff de la rue Maguire. Et vlan! un autre départ.

Je pourrais aussi citer la fermeture du Subway ainsi que d’une boutique de vêtements sous peu ainsi que les autres, les Starbucks, Cochon Dingue, Sushi Shop, etc.

La liste s’allonge.

Je me questionne sur le nombre de commerces vivant sous respirateur depuis l’arrivée des parcomètres. Marcher cette rue par une journée ensoleillée me fait constater que mon quartier est maintenant un quartier fantôme. Plus personne ne vient l’explorer.

Les enfants l’ont déserté, les personnes âgées préfèrent la facilité des stationnements gratuits pour faire leurs courses et les autres vont ailleurs.

Il y a maintenant plus de 10 ans, je m’installais pas très loin de la rue Maguire. Je quittais une ville à l’ouest pour vivre la vie de quartier. À cette époque, on y sentait la vie! Les gens venaient marcher Maguire, flânaient Maguire. Maguire vivait! Il y avait un dépanneur pour les enfants, une boulangerie, des commerces, etc.

Maintenant, même par une belle journée ensoleillée, les terrasses sont vides. La rue est déserte. La rue Maguire agonise. 

Les parcomètres ont tué cette rue. 

Les parcomètres ont tué la vie de quartier.

Sylvie Faucher, Québec