Maurice Duplessis est premier ministre du Québec lorsqu'il meurt le 7 septembre 1959, victime d'une hémorragie cérébrale.

La tourmente politique

La politique comme la finance, c'est sale, disait-on autrefois. On devait mettre l'accent sur le spirituel! Cependant, la politique comme le sport suscitent un vif intérêt. Qu'on soit bleu, rouge ou autre couleur, on n'est pas à l'abri de la pourriture qui accompagne le pouvoir.
Les règnes des Taschereau et Duplessis illustrent des chutes d'intégrité dénoncées par des enquêtes ou des Judas (nous sommes dans la semaine sainte) qui suscitent une indignation généralisée. Le gouvernement Couillard est dans la tourmente. La CAQ et les autres mènent la charge. L'UPAC a allumé la mèche et nous sommes tous dans l'attente d'autres grands chocs.
Encore cette quête illusoire de transparence qui nous laisse un peu indifférents car nous savons lire les politiciens, nous en méfier, les caricaturer et les évaluer. C'est le jeu démocratique et nous devons y participer.
Douglas Beauchamp, Québec